L’un des jeux les plus exaltants et les plus divertissants des casinos, le blackjack ou « valet noir » un jeu de cartes très populaire même dans les casinos virtuels.

Créé en Angleterre au dix-huitième siècle sous le nom de « 21 » et introduit par la suite aux États Unis. Ce qui différencie ce jeu des autres jeux de casino est qu’il ne soit pas un jeu de hasard mais un jeu où l’on a la possibilité d’utiliser de nombreuses techniques pour favoriser les chances de battre le croupier. Des techniques peu appréciées par les propriétaires de casinos, puisqu’elles permettent de gros gains durant la partie.

Règles du jeu

Tout le monde joue contre la banque, l’objectif est de gagner face au croupier sans dépasser le compte 21. On établit la valeur des cartes comme suit :

  • de 2 à 9 = valeur nominale
  • la bûche qui est une carte ayant la valeur de 1 , c’est-à-dire (10, J, Q, K)
  • l’As = 1 ou 11 (au choix)

Le croupier distribue les cartes aux joueurs et en tire une pour lui à chaque fois. Après deux tours, il demande au joueur assis du côté gauche l’option qu’il veut choisir. Si ce dernier demande une carte, il devra l’annoncer en disant « carte ». Le joueur a le droit à autant de cartes qu’il veut pour arriver à la valeur 21. S’il dépasse la valeur 21 , le joueur perd sa mise permettant au croupier de passer au second joueur. Si le joueur décide de s’arrêter en disant « je reste », le croupier saute au prochain.

Cette opération devra être répétée jusqu’à ce que tout le monde soit servi pour que, ensuite vienne le tour du croupier. S’il fait plus de 21, l’ensemble des autres joueurs gagnent, alors que s’il fait son point compris variant de 17 à 21, les seuls gagnants seront ceux qui ont un point supérieur à lui. En cas d’égalité, le joueur maintient sa mise sans en avoir plus.

La stratégie de base

Mise en œuvre par quatre hommes (2 militaires, un professeur d’université et un titulaire de maitrise). C’est une manière idéale de jeu, le but est de pousser le croupier à sauter en diminuant les pertes casuelles. Se basant sur des probabilités, on fait face à 340 cas différents. Il suffira de comparer sa main avec celle du croupier pour savoir immédiatement quelle action devra être faite. Par exemple, garder sa main de 12 points si la carte visible du croupier est un 4, un 5 ou un 6. Ne jamais séparer une paire de 7 si la carte visible du croupier est inférieure ou équivaut 7. ôter les As et les 8 mais ne jamais ôter les 10.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *